ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Ingénierie des Systèmes d'Information

Networking and Information Systems
1633-1311
Revue des sciences et technologies de l'information
 

 ARTICLE VOL 16/2 - 2011  - pp.7-9
TITRE
EDITORIAL

RÉSUMÉ

Ce numéro spécial de la revue ISI présente des articles permettant d’avoir un panorama des travaux actuels dans le domaine des services (au sens large). Cette notion de « service » est en effet devenue prépondérante dès lors que l’on parle de systèmes d’information (SI) mais aussi lorsque l’on parle de modélisation d’entreprise (ME), notamment du point de vue des processus métiers (cartographie des processus, de mise en oeuvre de fonctionnalités métiers, d’échanges clients/fournisseurs, etc.). En effet, au-delà du cadre « strict » des SI, un service peut être vu et appréhendé de bien des façons, à des niveaux d’abstraction plus ou moins élevés, et ce en fonction des besoins ainsi que des domaines (comme le montre le premier article de ce numéro). Au niveau des SI, le concept de service a donné naissance à un nouveau paradigme, le paradigme service, que l’on peut raisonnablement situer dans la continuité du paradigme composant. Ces deux paradigmes présentent en effet des similitudes, notamment dans les préoccupations auxquelles ils permettent de répondre : couplage faible, maintenabilité, réutilisation, capitalisation de savoirfaire, rationalisation de l’ingénierie, développement à moindre coût, qualité, sécurité et sûreté… Bien sûr, les réponses apportées à ces problématiques diffèrent plus ou moins fortement selon qu’elles sont issues d’un paradigme ou de l’autre. Néanmoins, ces deux approches évoluent maintenant de concert, de nombreuses « passerelles » existant entre elles (l’approche services s’est parfois beaucoup inspirée de l’approche composants, l’inverse est maintenant aussi vrai). Le paradigme service a donné naissance à de nouveaux pans entiers dans la recherche, ne serait-ce qu’au travers des problématiques sous-jacentes d’architecture (SOA, Service Oriented Architecture), de vision du logiciel (SaaS, Software as a Service), et bien sûr de composition, d’orchestration et de chorégraphie de services (certains travaux proposant de redéfinir la notion même de SI au travers de compositions de service), d’alignement avec le métier…, à des niveaux plus ou moins importants d’abstraction (services web versus services métiers). À un niveau plus global, cela a permis l’émergence de communautés telles que la communauté SSME (Service Science Management and Engineering).



AUTEUR(S)
Philippe RAMADOUR

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (78 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier